Egypte pharaonique le long du Nil

« L’Egypte est un don du Nil » – Proverbe égyptien

 

Pourquoi l’Egypte ?

Visiter l’Egypte, j’en rêvais depuis petite. Un pays hors du commun, fascinant, imprégné d’histoire et accessible. Les mystérieux hiéroglyphes, les gigantesques pyramides, les effrayantes momies, les précieuses fresques.. tout ça m’intriguait et il fallait que je les voie en vrai ! Il fallait faire un choix entre une croisière sur le Nil ou une croisière précédée d’un séjour au Caire pour voir les pyramides. Comme je n’avais qu’une semaine de vacances, j’ai du faire une croix sur les pyramides de Guizèh… tant pis, cela me ferait une occasion de revenir si le pays me plait. On a donc opté pour une croisière à bas prix avec Promovacances, et au final, hormis un vol en retard à l’aller et le bateau défraichi, on a passé une semaine mémorable ! C’était alors mon tout 1er voyage hors de l’Europe, j’appréhendais d’y voir la pauvreté, d’autres populations et des environnements inconnus. J’en ai pris plein les yeux. Une première escapade hors de nos frontières européennes qui m’a donné l’envie d’en voir toujours plus, de repartir, de découvrir. C’était en 2008.

itinéraire

Notre itinéraire en Egypte, sur le Nil

itinéraire macro

Zoom de notre croisière sur le Nil

Détails de nos étapes : atterrissage à Louxor, Temple de Karnak, Temple d’Hatchepsout, village de tailleurs de pierres, Temple d’Edfou, Temple de Kom Ombo, barrage d’Assouan, fabrique d’huiles essentielles, Musée du papyrus, Réserve Naturelle de l’Ile Eléphantine d’Assouan, élevage de crocodiles, application de henné, balade à dos de dromadaire puis en felouque, Temple d’Abou Simbel, Temple de Louxor, balade en calèche dans Louxor.

 

Mes coups de cœur

L’image que je garde de cette croisière, c’est avant tout la beauté des rives du Nil depuis le bateau. Je me rappelle de ces grandes étendues verdoyantes, parsemées ci-et-là de palmiers et où les buffles trempaient paisiblement leur pattes au bord de l’eau. Des pêcheurs, des fermiers, des baigneurs, des échassiers. Tout est calme, lent et appelle à la contemplation. Tandis qu’on glisse tranquillement sur l’eau, le paysage est un véritable ressourcement.

Le Nil (5)Le Nil (8)Le Nil (11)Le Nil (12)Le Nil (17)Le Nil (24)Le Nil (28)Le Nil (30)Le Nil (33)Le Nil (34)Le Nil (35)Le Nil (39)Le Nil (44)Le Nil (51)Le Nil (58)Le Nil (63)Le Nil (64)MS Nile Splendor (41)Village nubien (19)

 

Longtemps avant ce voyage, des reportages sur le Temple d’Hatchepsout et son architecture originale m’avaient intrigué. Savoir que sa visite était prévue au programme m’avait réjouit ! Au final, il n’y a pas grand chose à y voir à l’intérieur, et je me souviens d’une sensation de chaleur écrasante. Le soleil cognait tellement fort qu’il était impossible de rester exposée.

Temple d'Hatshepsout (1)Temple d'Hatshepsout (4)Temple d'Hatshepsout (5)Temple d'Hatshepsout (7)Temple d'Hatshepsout (13)Temple d'Hatshepsout (14)Temple d'Hatshepsout (17)

 

Notre balade dans Louxor en calèche m’a également marquée car j’ai découvert une ville orientale très différente de nos villes européennes. On a traversé des ruelles chaotiques, le marché et longé l’allée des sphinx qui mènent jusqu’au temple de Louxor. On ne peut pas dire que la ville ait du charme, hormis ses vestiges. Je me rappelle m’être sentie mal à l’aise dans le bazar parce que les habitants nous regardaient, perchés dans nos calèches qui les dominaient. J’avais l’impression d’être spectatrice de la pauvreté et de la vétusté des lieux. Une plongée dans la vie quotidienne des égyptiens. Un grand moment où le voyage prend tout son sens. Je découvrais un autre monde parallèle au nôtre. Et pourtant, ce n’était qu’un avant-goût de mes prochains voyages…

 

Mon meilleur souvenir

Tous les temples que l’on a visités étaient splendides. Mais ceux d’Abou Simbel, situés à 3h de route depuis Assouan sont les plus exceptionnels ! On arrive sur un côté, face au Lac Nasser. Puis on aperçoit, un temple. Puis deux. Ils sont pharaoniques ! Cet adjectif leur va à merveille. Le temple de Néfertari et le Grand Temple d’Abou Simbel resplendissent, incrustés dans la montagne, baignés par le soleil. Et dire qu’ils ont été démontés entièrement et reconstruits en hauteur sur une colline artificielle à l’abri de la montée des eaux suite à la construction du barrage Nasser. Sinon, ils auraient été engloutis dans l’eau… Les visages sculptés des immenses statues de pharaons appellent à la sérénité. On ne peut être qu’admiratifs face à ce chef d’œuvre reconnu patrimoine mondial. C’est un site de toute beauté. Grandiose. Inoubliable.

Temples d'Abou Simbel et Nefertari (2)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (4)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (9)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (12)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (14)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (15)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (13)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (19)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (20)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (21)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (22)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (29)Temples d'Abou Simbel et Nefertari (35)

 

Une anecdote mémorable

Toute ma vie je me souviendrai de ce moment, à la tombée de la nuit, où on est parti pour une balade à dos de dromadaire. Déjà, le chevaucher est une épreuve en soi, alors au coucher du soleil c’est encore pire parce que je distinguais à peine le sol caillouteux, et quand l’animal se met à courir, imaginez comment j’ai crié ! Le chamelier lui fouettait l’arrière-train et disait « gentil chameau ! » pour qu’il avance. Caroline (le dromadaire) s’est mise à trotter à toute berzingue et à doubler tous ses congénères ! Une bonne partie de rire ! J’étais en tête du troupeau mais noyée dans l’obscurité. Je m’accrochais vainement au ridicule petit bout de bois à l’avant de la selle pour ne pas perdre l’équilibre. Un moment épique !

 

Les souvenirs de ma valise

J’ai ramené un calendrier avec des pages en papyrus ornées de hiéroglyphes peints à la main, un tatouage au henné fait dans un village nubien, un bracelet avec mon prénom gravé en hiéroglyphe, un collier en os de chameau et des cartes postales vendues à la sauvette à la sortie des sites archéologiques.

 

Quelques conseils

  • Si c’était à refaire, je combinerais la croisière sur le Nil avec la ville du Caire pour y visiter le fameux musée égyptien où repose le trésor de Toutânkhamon et voir les pyramides de Guizèh. Je m’étais dit que j’y retournerais mais au vu des événements politiques qui s’y produisent, on ne pourra certainement pas y remettre les pieds de si tôt… Je suis contente d’avoir eu la chance d’y aller en tout cas !
  • Prévoyez une bonne dose de crème solaire car le soleil cogne très très dur ! Ecouter le guide faire ses explications est une torture, même à l’ombre ! On dégouline même sans bouger le petit doigt…
  • Une croisière sur le Nil permet de réellement profiter du paysage et de visiter les temples qui le longent. Cependant, si vous prévoyez une croisière « classique », c’est-à-dire touristique, vous dormirez probablement sur un bateau sans trop de charme et polluant mais confortable. Il ne faut pas s’attendre à du grand luxe mais plutôt profiter du voyage pour plonger au cœur d’une Egypte authentique. Disons qu’on ne fait pas une croisière en Egypte pour le bateau, mais pour les temples ! A moins de pourvoir s’offrir une croisière sur le bateau à vapeur de luxe, le Steam Ship Soudan.
  • Méfiez-vous des guides qui, comme dans beaucoup de pays, vous emmènent dans des boutiques d’artisanat ou de souvenirs. Ils touchent souvent une commission sur vos achats dans ces lieux sur-touristiques. Assurez-vous que les produits ne proviennent pas de Chine… mais soient bien locaux.

 

Notre bateau : le MS Nile Splendor 4*

 

Le mot de la fin

Je garde des souvenirs impérissables de cette croisière sur le Nil. Un souhait exaucé. Un bond dans le prestigieux passé de l’Egypte ancienne. Un voyage magique. Tout est resté gravé dans ma mémoire : les fresques peintes, les gravures, les statues, les colonnes, les rives du Nil, les rochers de l’ile Elephantine avec le fameux hôtel Old Cataract qui inspira « La mort sur le Nil » d’Agatha Christie, les montagnes de la vallée des Nobles… Je ne regrette pas d’y être allée tant qu’il était encore temps. Visiter les pays que je considère comme « à part » de par leur patrimoine unique résonne fort en moi, comme également le Mexique avec ses pyramides mayas, l’Inde et ses richesses contrastées, ou encore Rome avec ses cités antiques. J’aime le grandiose, l’authenticité, l’unique. Mais l’expérience et mes balades m’apprennent à contempler également la beauté dans la simplicité. Les voyages font grandir, c’est incontestable.

 

Florilège de clichés

Publicités

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s